Je me réjouis de nos futures enjambées, de nos longs silences éloquents, tous ensemble et chacun avec nos peines, nous arriverons à éprouver de l’allégresse.

Mais rien dans le rebord des hanches ne troublera le mystère.

Rien, ni faux ni charrue,

Ni cette paupière fuyante où s’écrivait la route.

Ni cet iris étoilé où s’éparpillait la joie

Les bœufs transportent nos peines vers d’autres lieux sans jamais chanter. Leur sueur, peine de labeur, inondent notre monde. Seuls pouvaient se sauver un lustre et 4 lampadaires.

Ils rencontrèrent un passant aux larges hanches. Le lustre s’empara de ses mains, les 4 lampadaires de ses boutons de manchette, et tous ensemble tressèrent un collier en l’honneur des veaux mort-nés.

Ainsi se termina cette longue promenade aux accents baroques. J’ouvris la porte, montai les escaliers, m’essuyai les pieds, sortis, grimpai la colline, ouvris les yeux et là où se trouvait auparavant cet horrible édifice religieux, je découvris un pâtre qui regardait tranquillement l’horizon en mâchonnant un trèfle à 4 feuilles.

JPG, Charp, XX